«A Hinkley Point C, nous avons encore des aléas mais le système est contrôlable», assure Alain Tranzer chez EDF

Il y a 4 mois 471

Un an après la fin du plan Excell d'EDF pour faire revenir la confiance dans sa filière nucléaire, L'Usine Nouvelle fait le point sur le chantier d'Hinkley Point C (Royaume-Uni) avec Alain Tranzer, délégué général à la qualité industrielle du groupe français. Alors que le dôme du premier réacteur vient d'être installé, il revient sur les solutions mises en oeuvre pour sortir des retards et surcoûts à répétition et faire bon du premier coup sur Sizewell C et les EPR2 français.

L'Usine Nouvelle - Il y a un an, lors d’un bilan du plan Excell, vous aviez dit qu'il restait un coup de collier à donner et des objectifs non atteints. Est-ce le cas aujourd’hui ?
Alain Tranzer : La réponse est oui. Le plan Excell a été lancé le 13 décembre 2019. L'an dernier, nous avons quitté le mode projet. Mais la dynamique, elle perdure, preuve de la maturité acquise durant le mode projet. Non seulement les 30 engagements sont maintenant atteints, mais en plus, la discipline Excell crante, non par la pression, mais par l’adhésion des équipes. Je crois pouvoir dire qu'on a fait le plus dur dans un plan, c'est de savoir l'arrêter sans que cela fasse « pschitt ». La dynamique continue.

[...]

Cet article est réservé à nos abonnés L'Usine Nouvelle

Soutenez un journalisme d'expertise.

Déjà abonné ? Connectez-vous

VOS INDICES

source Indices & cotations

Sélectionné pour vous

EDF en lice pour construire des réacteurs nucléaires en République Tchèque

SUR LE MÊME SUJET

"La mise en service du premier réacteur EPR2 interviendrait en 2035", selon Xavier Ursat, directeur nouveau nucléaire d'EDF Le plan compétences de la filière nucléaire pour construire les futurs EPR de Penly et Sizewell C EDF a posé son dôme de 245 tonnes pour la centrale nucléaire Hinkley Point C au Royaume-Uni
Lire la Suite de l'Article