Elicio et BayWa r.e. remportent l'appel d'offres du premier parc éolien en mer flottant commercial, dans le Morbihan

Il y a 1 mois 123

Le consortium formé par les groupes Elicio et BayWa r.e. a été sélectionné pour installer le parc éolien en mer flottant de 250 mégawatts (MW) situé au large de Belle-Île-en-Mer (Morbihan). Le site constituera le premier parc éolien flottant commercial français, avec une mise en service prévue en 2031.

Le grand gagnant est désormais connu. Pennavel, le consortium formé par l'énergéticien belge Elicio et l'allemand BayWa r.e., remporte l’appel d’offres pour l’installation du parc éolien en mer Bretagne sud, au large de l’île de Belle-Île-en-Mer (Morbihan), a annoncé Roland Lescure, le ministre délégué chargé de l’Industrie, mercredi 15 mai. L'offre proposée par le consortium s'élève à 86,45 €/MWh. Le lauréat s'est notamment engagé auprès de l'État à confier à des PME une part minimum de 10% des études, de la fabrication des composants et des travaux à terre et en mer. Ce sera le premier parc éolien flottant installé sur le territoire.

Prévu pour entrer en service en 2031, le site situé à 20 km des côtes sera doté d’une vingtaine d’éoliennes flottantes pour une capacité de 250 mégawatts (MW), de quoi couvrir la consommation électrique d’environ 450000 habitants. Neuf autres candidats avaient été sélectionnés pour déposer une offre : EDPR et Engie, EDF Renouvelables et Maple Power, RWE, Equinor, Iberdrola, Eni et CIP, Shell et Valeco, WPD et Vattenfall, ou encore TotalEnergies et Qair.

Premier parc éolien flottant commercial en France

Ce nouveau parc pourrait devenir le parc éolien flottant commercial le plus puissant d'Europe. Cette technologie, plus coûteuse que les fondations traditionnelles, permet d’atteindre des profondeurs plus importantes, en faisant reposer les éoliennes sur des flotteurs, eux-mêmes reliés aux fonds marins par des câbles. Le parc flottant Hywind Tampen en Norvège, inauguré en août 2023, atteint une capacité de 95 MW pour 11 turbines installées. À Viana do Castelo, au Portugal, un parc commercial de 25 MW pour 3 éoliennes flottantes installées, a commencé sa production d’électricité en 2020.

Le système encore balbutiant dans l’éolien est actuellement éprouvé, en France, dans trois fermes pilotes en chantier. Toutes trois situées en Méditerranée, au Barcarès (Pyrénées-Orientales), à Port-La-Nouvelle (Aude) et Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône), elles devraient atteindre une puissance totale de 85 MW avec une mise en service d’ici à 2025. L’entreprise Shell avait jeté l’éponge pour un quatrième projet pilote de 28 MW, au large de Groix (Morbihan), en 2022, dans un contexte d’inflation et de difficultés sur la chaîne d’approvisionnement.

Bruno Le Maire, le ministre de l’Économie, a également annoncé, début mai, le lancement des appels d’offre pour deux autres parcs commerciaux flottants de 250 MW, au large de Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône) et d’Agde (Hérault). La date limite de dépôt des offres est fixée au 14 août pour une attribution fin 2024.

Sélectionné pour vous

EDF inaugure le deuxième parc éolien en mer français à Fécamp

SUR LE MÊME SUJET

Coûts, infrastructures, maintenance... Les grand défis à relever pour le déploiement de l’éolien flottant Les atouts du parc éolien flottant Windfloat Atlantic d'Engie et EDPR au Portugal Le flottant, une filière à consolider pour permettre à la France de rattraper son retard dans l'éolien en mer
Lire la Suite de l'Article