Innovation

France, Allemagne et renouvelables, l’intelligence gagne les réseaux

L’intégration des énergies renouvelables aux réseaux de distribution pose des questions similaires à la France et à l’Allemagne, et suppose notamment beaucoup plus d’intelligence. Mais l’installation de compteurs communicants, programmée en France, n’est pas encore planifiée outre Rhin.

On le sait, avec le développement des renouvelables, leur localisation, leur intermittence, les réseaux de distribution des pays engagés dans une transition énergétique doivent évoluer. C’est autour de cette question de l’intégration des EnR au réseau que Français et Allemands ont échangé, récemment*.

« Les réseaux vont nécessairement évoluer. Nous devons les renforcer et les moderniser par l’intermédiaire des smart grid. Ce n’est ni une idée farfelue, ni un concept marketing, c’est une obligation », a affirmé Didier Lafaille, chef du département technique de la Commission de régulation de l’énergie (CRE).

Et de ce point de vue, le coût du compteur communicant Linky, 5 milliards d’euros, qui sera déployé chez l’ensemble des foyers français d’ici 2020, n’est rien en comparaison des bénéfices qu’il apportera selon ce représentant de la CRE : « Le coût est neutre pour le consommateur et les bénéfices considérables pour la collectivité, les distributeurs et les clients qui obtiennent une meilleure connaissance de leurs consommations d’énergie ».

>> Lire aussi : Linky, de l'appel d'offres à l'installation

Aujourd’hui, les consommateurs français payent déjà chaque année pour leur compteur électro-mécanique. Une charge de 18,6€ en 2013, qui correspond au matériel, à la relève deux fois par an, et à la maintenance. « La composante de comptage sera toujours la même demain avec Linky », assure encore Didier Lafaille.

Côté allemand, l’évolution des réseaux est aussi au centre des attentions énergétiques du pays. Aujourd’hui, environ 25% d’énergies renouvelables circulent sur le réseau électrique et l’objectif est de 45% d’ici 2025 et de 80% à l’horizon 2050.

Ainsi, pour Torsten Bischoff, responsable du Service Protection du climat et Transition énergétique au Ministère fédéral de l’Environnement, de la Protection de la nature, de la construction et de la Sûreté nucléaire, « l’intelligence est le mot clé. Un réseau intelligent se compose d’un certain nombre d’éléments qui doivent entrer en interaction et c’est cette interaction qui crée l’intelligence ».

Là-bas aussi donc les discussions et recherches sur les smart grid vont bon train. Et la question de l’installation de compteurs communicants chez les particuliers est posée, sans être tranchée. « L’utilité d’un compteur intelligent est évidente, mais la question est de savoir si le coût est supportable et si le bénéfice est réel pour le consommateur allemand, précise Torsten Bischoff. Va-t-il seulement pouvoir lire les informations ou aussi piloter sa consommation ? Ce qui, dans ce deuxième cas renforcerait le coût du compteur…Pour l’heure, l’Allemagne en discute ».

Outre Rhin, la décision sera prise dans le courant de l’année pour savoir où seront installés les compteurs et ce qu’ils permettront de faire. Mais une chose est sûre : le consommateur allemand payera pour cette nouveauté.

Selon une étude Ernst & Young publiée en 2013, le surcoût pour le particulier serait compris entre 10 et 15€ par an. Acceptable ? Le mieux, en tous cas, « serait d’avoir un compteur qui se connecte à un équipement domotique du logement ainsi que des tarifications variables en fonction des heures et de la puissance appelée. Voilà ce qui serait vraiment intéressant pour le consommateur pour lui permettre de réellement faire des économies », estime encore Torsten Bischoff.

Au-delà, les pays voisins n’imaginent pas un seul modèle de réseau intelligent, mais plutôt des solutions variées et adaptées aux lieux de production, de distribution et aux usages précis de l’énergie. En France par exemple, la CRE a recensé quelque 100 démonstrateurs sur le territoire.

Fanny Costes

 

*La conférence était organisée par l’Office franco-allemand pour les énergies renouvelables (OFAEnR)

EN VIDEO : Smart Grid Vendée, un département connecté

Aller plus loin...

- Après Linky, Gazpar testé dans 24 villes pilotes

- Nice Grid, en route vers le quartier solaire intelligent

 

Publié le 01/04/2014 - 11:20 par Rédaction