Projet pétrolier Willow en Alaska : les jeunes s'emparent de l'activisme climatique sur TikTok

Il y a 1 année 741

Sur TikTok, des centaines de vidéos ont encouragé les jeunes à se mobiliser contre le projet pétrolier Willow en Alaska ces dernières semaines. Si certaines ont généré des milliers de vues, soutenant pétition et envoi massif de courriers à la Maison-Blanche, cela n’aura pas suffi pour faire plier le président américain Joe Biden qui a finalement approuvé le projet. Pour autant, la contestation est loin de s’éteindre sur la plateforme sociale, devenue un véritable outil de mobilisation pour les activistes climatiques.

La mobilisation n’aura pas suffi. Le gouvernement américain a approuvé lundi 13 mars un grand projet pétrolier dans le nord-ouest de l'Alaska, dans une zone appartenant à l'Etat américain. Porté par le géant américain ConocoPhillips, le projet Willow avait initialement été approuvé par l'administration Trumps, puis temporairement stoppé en 2021 par un juge qui l'avait renvoyé à un nouvel examen du gouvernement. Alors que le président Joe Biden était arrivé au pouvoir en promettant de ne pas autoriser de nouveaux forages pétroliers et gaziers sur les terres fédérales, il a finalement donné son feu vert à une "alternative" du projet qui propose encore trois sites de forages au lieu des cinq prévus initialement.

La décision a déclenché la colère des défenseurs de l'environnement aux Etats-Unis. Ils avaient lancé une vaste campagne pour alerter sur les conséquences néfastes du projet sur le climat. Si la bataille autour du projet Willow dure depuis des années, la contestation a pris une nouvelle tournure ces dernières semaines alors que de jeunes activistes se sont emparés du sujet sur les réseaux sociaux, notamment TikTok. Entre les mois de février et mars, des dizaines de vidéos ont été publiées sur la plateforme appelant les internautes à prendre position contre le projet, autour du hashtag #stopwillow. Ce dernier réunit à ce jour 289 millions de vues et plus de 27 millions de mentions "j’aime", selon Visibrain, plateforme de veille des réseaux sociaux.

"C'est tout l'Internet qui plaide contre Willow"

Tout en s’appropriant les codes de TikTok, les opposants s’appliquent depuis fin février à mettre en exergue les impacts du projet pétrolier, réfutant au passage les arguments de ses défenseurs qui y voient une source d'emplois et une contribution à l'indépendance énergétique des Etats-Unis. Le site permettra en effet la production de 576 millions de barils de pétrole sur environ 30 ans, entraînant au total l'émission indirecte de l'équivalent de 239 millions de tonnes de CO2. Cela représente l'équivalent des émissions de 64 centrales à charbon durant un an, selon un outil de calcul de l'Agence américaine de protection de l'environnement (EPA).

"C'est tout l'Internet qui plaide contre Willow, la base électorale [du président Joe Biden] qui lui faisait confiance pour agir sur le climat", affirme à CNN Elise Joshi, une militante à l’origine de la première vidéo abordant le projet Willow sur TikTok. Habituée à prendre la parole sur le changement climatique, les mouvements sociaux ou la politique américaine, la créatrice de contenus fait partie de "Gen Z for change", un collectif qui réunit de jeunes activistes particulièrement actifs sur les réseaux sociaux. Depuis sa publication le 3 février dernier, le clip a généré plus de 336 000 vues et 5 000 commentaires, plaçant le sujet en haut des tendances de la plateforme sociale. "C'est la vidéo la plus regardée depuis des mois", rapporte Elise Joshi qui admet que "le climat n’est pas souvent en tendance." Elise Joshi tikotok stopwillow

La Génération Z maintient la pression

Rejoint par la suite par de nombreux internautes, la jeune femme a encouragé ses abonnés à adresser des courriers à la Maison-Blanche. Plus d’un million auraient ainsi été envoyées. En parallèle, plus d’un quart des vidéos référencées sous le hashtag #stopwillow ont contribué à relayer une pétition lancée par une jeune militante Iñuipat d'Alaska, récoltant plus de quatre millions de signatures à ce jour. Des chiffres qui témoignent de la viralité du sujet sur les réseaux sociaux, mais aussi de l’intérêt de la génération Z pour la question climatique. "Il ne s'agit pas d'un mouvement environnemental, c'est beaucoup plus large que cela. C'est le public américain qui peut voter", assure au Washington Post Alex Haraus, activiste à l’origine de plusieurs dizaines de vidéos TikTok sur le projet Willow.

Soucieux de donner des gages aux défenseurs de l'environnement, le gouvernement américain a annoncé travailler sur des protections supplémentaires pour une vaste zone de la réserve nationale de pétrole. Il a également annoncé vouloir interdire de façon permanente les forages sur une grande zone de l’océan Arctique, bordant cette réserve. Des mesures qui ne convainquent pas les opposants. Car c’est bien la déception de toute une génération ayant l’impression d’être ignorée qui ressort des derniers clips publiés sur les réseaux sociaux.

"Biden et la Convention nationale démocrate doivent comprendre que le vote des jeunes n'est pas acquis s'ils continuent à faire ce genre de choses", martèle Alex Haraus dans sa dernière vidéo. Pour faire perdurer la mobilisation, les jeunes activistes encouragent aujourd’hui les internautes à noyer les comptes sociaux du président de commentaires. Une stratégie qui pourrait permettre de maintenir la pression alors que plusieurs associations ont annoncé poursuivre le gouvernement en justice.

Florine Morestin avec AFP

Lire la Suite de l'Article