Suez rafle les boues de Dongguan en Chine et les batteries d'Envision dans le Nord

Il y a 1 mois 221

Suez a annoncé, lundi 6 mai, avoir signé un contrat de près de 100 millions d’euros avec l’entreprise chinoise Dongguan Water Group afin de construire une usine de traitement de boue en Chine. Le spécialiste français du traitement des déchets a également signé un protocole d’accord avec Envision visant à recycler les batteries du Chinois produites à Douai (Nord) dans son usine de recyclage de Dunkerque (Nord).

Suez, dont la première opération en Chine remonte à 1975, ne lésine pas sur les contrats à l’occasion de la visite du Président chinois Xi Jinping en France. Le spécialiste français du traitement de l’eau et des déchets a signé, lundi 6 mai à Paris, un contrat de près de 100 millions d’euros avec l’entreprise chinoise Dongguan Water Group. L’accord prévoit la construction d’une usine à Dongguan, ville située dans le sud de la Chine, afin de produire de l’énergie à partir des boues collectées auprès de plus de 50 stations d’épuration municipales. L’usine vise une capacité de traitement de 2000 tonnes de boues par jour.

Opérationnelle d'ici à 30 mois, elle devrait produire l’équivalent de la consommation électrique mensuelle de 400 000 foyers. L’installation deviendrait ainsi «l’une des plus importantes usines au monde dans ce domaine» selon l’entreprise française. Le français espère désormais mettre la main sur le contrat d'exploitation et de maintenance de l'usine, qui pourrait représenter près d'un milliard d'euros de revenus sur 20 ans selon Suez.

Protocole d’accord avec le chinois Envision pour le recyclage de batterie

Le français a également signé un protocole d’accord avec Envision, fournisseur chinois de logiciels de gestion de l’énergie. Le partenariat vise à créer un parc industriel zéro émission nette pour recycler des batteries. Plus globalement, l'accord à pour objectif «la fourniture d’énergies renouvelables, à la mise en place de plateformes digitales de décarbonation et au recyclage des batteries», précise l’entreprise française.

Pour ce dernier volet, le partenariat servira au recyclage des batteries produites par la future usine Envision de Douai (Nord). Suez et le groupe minier français Eramet doivent ouvrir deux usines à Dunkerque (Nord) en 2025. Celles-ci seront chargées de détruire des batteries lithium-ion avant de séparer les métaux raffinés comme le nickel, le cobalt et le lithium afin de les réutiliser dans des batteries. Le site vise une capacité de recyclage de 50000 tonnes de modules de batteries par an, l'équivalent de 200 000 batteries de véhicules électriques.

Le projet s’inscrit dans le sillage du projet industriel du fournisseur chinois de technologies vertes Envision dans la région. Celui-ci avait annoncé, en 2021, la construction d’une usine de fabrication de batteries à Douai pour équiper les voitures électriques de Renault. L’investissement de 2 milliards d’euros a déjà été en partie mobilisé. La gigafactory devrait produire ses premières unités courant 2024, pour un objectif de production annuelle de 9 GWh. Le reste de l’enveloppe doit permettre à l’usine d’atteindre une production de 24 GWh par an, pour un total de 2500 emplois. La marque automobile Renault espère s’appuyer sur l’usine afin de vendre 90% de véhicules électriques en 2030.

Sélectionné pour vous

RTE installe 19 kilomètres de câble électrique pour un parc éolien en mer Méditerranée

SUR LE MÊME SUJET

Eramet et Suez confirment le choix de Dunkerque pour leur future usine de recyclage de batteries Douai décroche un projet phare de Choose France avec l’usine de batteries d'Envision Pourquoi Renault semble miser sur le chinois Envision pour fabriquer des batteries à Douai
Lire la Suite de l'Article