Ukraine: l’Algérie, une alternative crédible au gaz russe?

Il y a 4 mois 276

Par Eugénie Barba le 11.03.2022 à 17h17 Lecture 5 min. Abonnés

INTERVIEW - Alors que les pays européens importent 40% de leur gaz de Russie, l’Union européenne cherche à trouver des solutions pour réduire sa dépendance aux ressources russes. L’Algérie, troisième exportateur de gaz vers l’Europe, est-elle capable de répondre à la demande européenne? Eléments de réponse avec Patrice Geoffron, professeur d’économie à l'Université Paris-Dauphine.

Gazoduc

Les pays européens importent 40% de leur gaz de Russie mais envisagent de réduire de deux-tiers leurs importations sur l'année 2022. 

John MACDOUGALL / AFP

Dans une "Déclaration de Versailles", les chefs d'État et de gouvernement de l'Union européenne ont annoncé ce vendredi 11 mars à l'issue du Sommet de Versailles, un plan "pour la sortie de la dépendance fossile à l'égard de la Russie", d'ici à 2027. La Russie représente actuellement 40% des importations de gaz de l'UE. Ce plan "suppose des investissements nouveaux, des équipements nouveaux, des stratégies en matière d'énergies renouvelables et de nucléaire", a précisé Emmanuel Macron lors de la conférence de presse. "La stratégie que nous devons bâtir (...), c'est de savoir à quel rythme nous pouvons diminuer, réduire puis supprimer cette vulnérabilité, quels sont les voies et moyens pour trouver d'autres fournisseurs à court terme et comment nous réorganiser", déclarait ce jeudi Emmanuel Macron.

28685_1680462_k2_k1_3868580.jpg

Lire la Suite de l'Article