Les prix du pétrole repartent en hausse, la Russie veut une OPEP du gaz

Il y a 2 jours 17

Par Challenges.fr le 14.10.2021 à 16h44 Lecture 3 min.

Les prix du pétrole repartent en hausse ce jeudi. Soutenue par l'Arabie Saoudite, la Russie  se penche sur l'idée d'un Opep du gaz.

Gaz russe

Maxim Shemetov

Les prix du pétrole repartent en hausse ce jeudi, portés par les prévisions de l'Agence internationale de l'Energie qui table sur une demande dopée par le prix élevé des autres sources d'énergie, tandis que la Russie n'a pas exclu de former une alliance de producteurs de gaz sur le modèle de l'Opep. Le prix du baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en décembre gagnait 0,55% par rapport à la clôture de la veille, soit à 83,64 dollars à Londres. À New York, le baril de WTI pour le mois de novembre prenait 0,37% à 80,77 dollars.

Les cours du baril s'approchaient ainsi des sommets de lundi, quand le Brent avait atteint 84,60 dollars, un pic depuis octobre 2018 et le WTI 82,18 dollars, un plus haut depuis octobre 2014. "Les cours du pétrole atteignent leurs sommets depuis des années alors que les pénuries de gaz naturel, GNL et charbon soutiennent la demande de pétrole, ce qui pourrait maintenir le marché en déficit jusqu'à la fin de l'année au moins", note l'AIE dans son rapport mensuel. "Ceux qui voulaient la confirmation que le marché va être tendu sur les prochains mois n'ont qu'à lire ce rapport", commente Stephen Brennock, analyste chez PVM: "La prévision d'un bond saisonnier de la demande pour des sources de carburant en hiver et avec le passage potentiel du gaz au pétrole devrait soutenir la demande de brut".

Les investisseurs attendent aussi jeudi les données hebdomadaires de l'Agence américaine d'information sur l'Energie (EIA) sur les réserves commerciales. Selon la médiane d'analystes interrogés par l'agence Bloomberg, les stocks de brut sont attendus en hausse de 1,05 million de barils, ceux d'essence d'un million de barils et ceux d'autres produits distillés en baisse d'un million de barils.

Du côté du gaz, le marché de référence européen, le TTF (Title Transfer Facility) néerlandais, gagnait 5,21% à 98,49 euros le mégawattheure (MWh). Il a atteint un record historique le 6 octobre à 162,12 euros, et reste en hausse de plus de 600% sur un an malgré une correction causée par l'assurance du président russe Vladimir Poutine qu'il répondrait à la demande européenne. Le vice-premier ministre russe Alexandre Novak et le ministre saoudien de l'Energie Abdelaziz ben Salmane, qui estiment que l'alliance de l'Organisation des pays producteurs de pétrole et de ses alliés (Opep+) protègent le marché de l'or noir contre une telle volatilité, ont affirmé jeudi se pencher sur l'idée d'un Opep du gaz. Lors d'un forum énergétique à Moscou, Alexandre Novak a estimé que réguler le marché du gaz sur le modèle de l'Opep+ était une idée "rationnelle", mais ajouté qu'il fallait "y travailler plus en détail", selon des propos rapportés par l'agence russe Ria Novosti.

Lire la Suite de l'Article