Solaire, éolien, hydraulique... Face à l'urgence, RTE veut massifier les énergies renouvelables

Il y a 9 mois 437

RTE a présenté le 20 septembre une mise à jour de son rapport « Futurs énergétiques 2050 » pour la période 2023-2050. Pour le gestionnaire du réseau, il faut un développement immédiat et massif du solaire couplé à une baisse drastique de nos consommations.

Finie l’insouciance électrique : Au moins jusqu’à l’arrivée des nouveaux réacteurs nucléaires EPR2, chaque électron va compter. Le parc nucléaire historique d’EDF vieillit et est moins disponible. Or, la France doit opérer une électrification de ses usages et de son industrie plus rapide que ce qu'avait prévu Emmanuel Macron lors de son discours de Belfort en février 2022. Pour respecter l’ambition européenne Fit to 55, la France doit réduire de 55 % ses gaz à effet de serre d’ici à 2030 comparé à 1990 et non plus de 40 %, ce qui n’était déjà pas gagné. De plus, « avec la guerre en Ukraine et la montée des protectionnistes continentaux, il y a le souhait des États de gagner en souveraineté, qui en France se traduit par la volonté de relocaliser des industries, notamment de la transition énergétique, ce qui va augmenter la demande en électricité », expliquait déjà en juin Xavier Pechiaczyk, le président du directoire de RTE, le gestionnaire du réseau électrique.

[...]

Cet article est réservé à nos abonnés L'Usine Nouvelle

Soutenez un journalisme d'expertise.

Déjà abonné ? Connectez-vous

VOS INDICES

source Indices & cotations

Sélectionné pour vous

Qui est Arverne, ce groupe qui entre en bourse pour devenir le géant français de la géothermie et du lithium

SUR LE MÊME SUJET

«Nos trajectoires de consommation d'énergie intègrent déjà une très forte réindustrialisation», assure Xavier Piechaczyk (RTE) En pleine réindustrialisation, Dunkerque en quête d'électrons verts (et moins chers) L’électrification, l’autre défi de la transition énergétique
Lire la Suite de l'Article